Vous devez installer Adobe Flash Player pour visualiser ce site correctement.Pour le télécharger gratuitement, cliquez ici.

Fort de Fermont







A partir de 1925, le problème de la défense du territoire français se pose et c’est la thèse « Vauban » qui est retenue, c'est-à-dire le projet d’une ligne de défense fortifiée s’étendant de Longuyon à Mulhouse. Elle prendra le nom de son promoteur, André Maginot (décédé en 1932)
En 1927, le Maréchal Pétain, Inspecteur de l’armée, décide de l’emplacement de certains ouvrages, implantant plusieurs forts derrières les installations sidérurgiques qui sont ainsi à la portée de l’ennemi.
Le plan de fortification est adopté par les députés, le 11 janvier 1930.
Dans le secteur fortifié de la  Crusnes, figure le fort de Fermont (600 hommes) qui, avec  Lentiremont (600 hommes) et Bréhain (400 hommes), constitue un verrou infranchissable, lequel ne sera jamais pris par l’ennemi. Ce fort est ouvert au public depuis 1977. Fermont dispose de 7 blocs de combat tous reliés au bloc d’entrée des hommes ou à celui des munitions par lequel s’effectue les visites grâce à un gros ascenseur plus pratique pour les groupes de visiteurs importants.